top of page

À LA LUEUR DE LA CHANDELLE

Long-métrage de fiction d'André Gil Mata

EN POST-PRODUCTION

14 40.13 Alzira cabeça no piano olhos fechados.png

16 mm | 109 min | 2024 | Portugal / France

Titre original : SOB A CHAMA DA CANDEIA

Nord du Portugal. Une maison d'azulejos verts, un jardin, un magnolia. Ici naquit Alzira. Ici, elle fut fille, mère et grand-mère. Elle y a joué enfant, y a appris le piano, et s’y est consacrée à son mari. Elle a vécu toutes ces années avec Beatriz, la domestique, qu’aujourd’hui, elle n’arrive plus à supporter. Arrivée au soir de sa vie, Alzira prend enfin une décision qui n’appartient qu’à elle.

Crédits

Avec Marcia Breia, Eva Ras

Écrit et réalisé par André Gil Mata

En coproduction avec Rua Escura

Directeur de la photo : Frederico Lobo

Ingénieur son : Thomas Van Pottelberge

Cheffe décoratrice : Sandra Neves

Montage : Claire Atherton

Post-production son : Rafael Cardoso et Eric Lesachet

Etalonnage : Andreia Bertini
 

Avec le soutien de l'ICA (Portugal), du CNC (Aide à la coproduction d'oeuvres franco-portugaises et Aide aux cinémas du monde) et d'Eurimages.

Sortie salle (France) : ED Distribution

Workshops et festivals

Intention du réalisateur

« J’ai toujours ressenti une curiosité empreinte de tendresse pour la vie de ma grand-mère Alzira. Chercher à représenter cette vie, même de manière fragmentaire est devenu pour moi un but. Je souhaite faire de cette affection, de ce désir de me retrouver au plus proche d’elle, une œuvre qui puisse toucher tout le monde, ou du moins tous ceux qui sentent ou ont ressenti quelque chose de similaire pour quelqu’un. 

Le film est un parcours non-linéaire fait de segments de la vie de ma grand-mère. Je pars du temps présent où Alzira et Beatriz cohabitent sans plus pouvoir se supporter l’une l’autre, fatiguées qu’elles sont de la vie et de leurs relations. Et j’explore la mémoire et les souvenirs qu’elles m’ont transmis.

Nos souvenirs engendrent de la fiction par l’interprétation que nous faisons de ce qui nous est conté, et sont influencés par notre manière de voir et de vivre le monde.

Le temps du film s’étend sur une journée, du lever du jour à l’aurore suivante, et avance au rythme des saisons auxquelles correspondent les quatre moments de la journée : l’aube/printemps, le matin/été, l’après-midi/automne et le soir/hiver. »

Note de la production

« L'écriture chorégraphique des plans dans les films d'André tend à montrer comment l’espace et les choses inanimées reflètent le passé des êtres qui ont vécu auprès d’elles. Les affects, haine ou amour, se transfigurent et prennent vie sous nos yeux au travers des objets. Les murs, la table, l’aspirateur se mettent à communiquer, comme s’ils avaient absorbé la vie des corps qui les ont approchés.

Comme d’autres réalisateurs portugais contemporains, André travaille en pellicule. Il la considère comme le meilleur instrument d’attention aux choses filmées. L’état de concentration qu’elle implique à la prise de vue se ressent, une fois le film terminé, dans la tension que recèle chaque séquence – la même tension qu’il admire chez ses modèles, Chantal Akerman ou Victor Erice. Ses films précédents démontrent magistralement le bénéfice qu’il retire de cette pratique.

L’esthétique et le romanesque de A LA LUEUR DE LA CHANDELLE s’accorde avec mon engagement comme productrice : un cinéma conçu pour les salles obscures et le grand écran, qui favorise l’expérience d’un temps "plein", où l’imaginaire du spectateur est sollicité. »

André Gil Mata


Après des études de mathématiques, André Gil Mata se consacre à la photographie et au théâtre. Cinéaste et comédien, il est à l’origine de la création d’un laboratoire indépendant dédié à l’argentique et a été programmateur de festivals (Festival du Film Luso-Brésilien de Santa Maria da Feira et Doclisboa). Il intègre la Film factory de Sarajevo, école fondée par Bela Tarr dont il sort diplômé en réalisation en 2016. Suite à son premier court-métrage ARCA D'ÁGUA (2009), sélectionné dans les principaux festivals portugais (IndieLisboa, Vila do Conde, Fantasporto), il est très vite reconnu à l’international et intègre le Talent Campus de la Berlinale en 2010. Ses films suivants sont programmés en Hongrie, Turquie, Ukraine, Lituanie, Roumanie, Pologne, Autriche, République Tchèque, mais aussi en Corée, Uruguay, Argentine, Brésil. En 2020, il crée avec 3 autres réalisateurs la société de production Rua Escura.

PÁTIO DO CARRASCO 

Fiction, 16 mm, 44 min, 2022, Portugal

IFF Rotterdam, 2023

 

L’ARBRE 

Fiction, 16mm, 105 min, 2017, Portugal/Bosnie

Berlinale/Forum, 2018

Meilleur film de la Compétition au IFF Lima, 2018

Meilleur Réalisateur à IndieLisboa, 2018

Meilleure photographie pour João Ribeiro à Caminhos de Cinema Português, 2018 

Sortie salle Portugal : 27/09/2018

Sortie salle France : 19/05/2021 (ED DISTRIBUTION)

Edition DVD : https://www.eddistribution.com/dvd/larbre-drvo/ 

 

COMMENT JE SUIS TOMBE AMOUREUX D’EVA RAS

Doc, 74 min, 2016, Bosnie/Portugal

Mention spéciale du jury au FIDMarseille, 2016 

 

CAPTIVITÉ

Doc, N&B, 63 min, 2012, Portugal

Visions du réel, 2013

Prix Doc Alliance du Meilleur Film, 2014

DocLisboa, 2012

Prix CPLP du Meilleur long-métrage en langue portugaise

Sortie salle Portugal : 11/02/2023

logo_so-cle_generique baseline blanc.png
bottom of page